Actualités

Vaccins contre la Covid-19

Grands espoirs contre fausses idées reçues…

Alors que le monde scientifique était mobilisé dans la recherche active d’un traitement efficace contre la Covid-19, des grands espoirs se tournent plutôt vers les vaccins en ce moment. Un de nos objectifs est de sensibiliser le public sur des questions cruciales d’actualités. Les vaccins contre la Covid-19 focalisent l’actualité mondiale et l’espoir des nations pour une sortie de crise. Mais à cause d’informations fausses ou trompeuses (Fake News) et d’autres causes militantes, ces espoirs rencontrent un public sceptique qui n’adhère pas aux stratégies adoptées par les gouvernants pour radier la pandémie Covid-19 par la vaccination. 

L’objectif est de sensibiliser sur le bien-fondé de la vaccination. Il s’agit de tenter d’expliquer simplement (et non chercher à convaincre) l’essentiel sur ces vaccins. Ces informations sont issues de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française dans un texte à destination des soignants intitulés « Vaccins contre la Covid-19 : questions et réponses » (version n°2 du 29 décembre 2020). Nous relayons donc les informations d’une société savante avec des termes simples pour tout public. 

Comment agissent les vaccins contre la Covid-19 ? Ils permettent au système de défense de notre organisme de répondre de manière spécifique au virus de la Covid-19 (SARS-CoV-2), de le neutraliser avant qu’il ne donne la maladie Covid-19 (ou éviter sa gravité). 

Quels sont les différents types de vaccins contre la Covid-19 ? Il y a deux technologies. La première utilise le virus entier et inactivé de la Covid-19. Ces vaccins sont dits classiques. C’est l’exemple des vaccins chinois, de Novavax et de Sanofi-GSK. D’autres vaccins utilisent de « nouvelles » technologies basées sur l’utilisation d’acide nucléique « pur » (ADN ou ARN). Ceux-ci utilisent une partie d’une protéine-cible du virus (appelée protéine S). C’est le cas du vaccin à ARN de Moderna-NIH et Pfizer-BioNTech qui est utilisé en France depuis le 27 décembre 2020 et dans toute l’Union Européenne. La séquence d’ARNm (m : messager) utilisée est produite en laboratoire (elle n’est pas extraite directement du virus Covid-19). Par simplicité, nous n’allons parler que des vaccins à ARNm (fabriqués par Pfizer-BioNTech et Moderna) utilisés en France en ce moment. 

Comment agissent les vaccins à ARNm contre la Covid-19 ? Après injection dans le muscle de l’épaule, les cellules du corps réagissent produisent des anticorps. Ils vont détruire immédiatement les cellules infectées par le virus Covid-19 et produire aussi des cellules (lymphocytes T mémoire) capables de le combattre efficacement lors de la prochaine rencontre. C’est l’immunité. 

Les vaccins à ARNm peuvent-ils modifier nos gènes ? La réponse est NON (car l’information circule toujours dans le sens ADN èARN èprotéine). Quel recul a-t-on sur ces vaccins ? C’est le tout premier vaccin homologué, mais les chercheurs y travaillent depuis 20 ans. Des vaccins à ARNm ont déjà été testés chez l’homme contre plusieurs virus (Zika, grippe, rage, cytomégalovirus) dans des études de l’ordre de 600 personnes. Combien des doses des vaccins et à quel intervalle d’administration ? Il faut 2 doses de vaccins. La deuxième dose est administrée 21 jours après. Quelle est leur efficacité ? Les études procurant le plus haut niveau de preuve scientifique ont montré qu’ils sont efficaces à 94%. Quels sont les effets secondaires les plus fréquents ? Ils sont observés le lendemain de la vaccination et durent moins de 3 jours. Il s’agit de rougeur au point d’injection, fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, frissons ou fièvres. Ce qu’on appelle la « réactogénicité », est une preuve que le vaccin fonctionne. 

Alors, pourquoi tant de fausses idées reçues pour tuer de grands espoirs de revivre un jour sans masques ? Allons-nous refuser de retrouver des plaisirs simples comme aller au resto, aller au cinéma, faire du sport en salle ? Devons-nous avoir peur du virus ou du vaccin ?